Qui est Jean Calvin : biographie

Qui est Jean Calvin : biographie

De son vrai nom Jehan Cauvin, Jean Calvin est un théologien, chef religieux et écrivain français. Né le 10 juillet 1509 à Noyon à Picardie et décédé le 27 mai 1564 à Genève, il est surtout connu comme étant l’un des initiateurs de la réforme protestante. Jean Calvin passe son enfance dans sa ville natale même. Fils d’un procureur et d’une mère catholique décédée en 1515, il est bercé dès son jeune âge par les versets de la religion catholique. Jean Calvin commence par étudier le latin à Noyon avant d’être envoyé à Paris à l’âge de 14 ans pour poursuivre des études de philosophie et de lettres. Son destin étant, selon son père, la prêtrise. Jean Calvin se penche pourtant pour un autre horizon et en 1521, il décide de quitter Paris pour suivre des études de droit à Orléans, puis à Bourges. Il étudie également le grec et l’hébreu et avec comme maître, l’homme de lettres Melchior Wolmar, il s’initie à l’humanisme et aux idées luthériennes. À la mort de son père, Jean Calvin se tourne de plus en plus vers la théologie. En 1532, il obtient toutefois sa licence en droit et sort, par la même occasion, son premier livre, un commentaire de l’ouvrage de Sénèque intitulé « De Clémencia ».

 

Au cours de la même période, Jean Calvin commence à s’éloigner de l’église catholique et de ses principes. Collaborant avec des partisans de Martin Luther, il franchit également le pas de la réforme et commence à développer plusieurs théories. Ces dernières, dévoilées au grand jour, le force à quitter Paris en 1533. Au cours de l’année qui suivit, il rompt entièrement ses liens avec l’Église catholique. Jean Calvin ne place pourtant pas ses théories dans le contexte d’une conversion.

 

Au contraire, se qualifiant comme étant lui-même chrétien, il ambitionne tout simplement d’entamer une réforme afin que le fonctionnement spirituel déjà existant soit meilleur. Au fil des mois, les poursuites contre Jean Calvin continuent à s’amplifier. Après s’être réfugié à Angoulême et à Nérac pendant une certaine période, il se retrouve face à l’affaire des Placards en 1534 et sera forcé de s’exiler dans plusieurs régions françaises. Malgré les persécutions auxquelles les protestants furent sujets, Jean Calvin continue de défendre sa cause. En 1536, il publie « L’institution de la religion chrétienne », un livre révélateur qui sera l’un des piliers même du calvinisme, ainsi que le catéchisme de la Réforme. Vers le milieu de l’année 1535, cette dernière franchit les portes de Genève. Le peuple, entièrement conquis par les théories de la Réforme religieuse, proclame, le 21 mai 1536, sa décision d’y adhérer unanimement, après une longue bataille contre les rites catholiques. Certains chrétiens n’ont pourtant pas accepté la Réforme. Jean Calvin, devenu professeur de théologie à Genève, décide au cours des années 1536 et 1537 d’exercer une pression sur ces résistants.
jean calvin

 

En collaboration avec Guillaume Farel, il publie les « Confessions de foi » en 1536 et impose ses règles à la société. Désormais, les rites catholiques sont interdites dans la ville et les récalcitrants seront bannis. Une décision qui causera peu de temps après, l’emprisonnement de Jean Calvin. Toujours accompagné de Guillaume Farel, il ne tardera pas non plus à être banni définitivement de la ville de Genève. En 1538, Guillaume Farel et Jean Calvin se retirent à Strasbourg pour poursuivre leur voie. Calvin est devenu pasteur de la Congrégation réformée française et deux années plus tard, en 1540, il épouse Idelette de Bure, avec qui il va donner naissance à trois enfants. Idelette de Bure meurt en 1549 suite à des problèmes de santé. En 1541, Genève refait appel à Jean Calvin et à Guillaume Farel. Les différends religieux étant de plus en plus importants dans la ville, les magistrats ont décidé d’y instaurer officiellement le calvinisme. La République Théocratique de Genève est ainsi née. En 1559, Jean Calvin franchit un nouveau pas et fonde d’Académie Théologique de Genève. L’établissement est remis sous la direction de Théodore de Bèze. Les théories de Jean Calvin se basent sur quelques points importants. Étant avant tout un homme de lettres et de droit, il applique entièrement les règles de lecture des textes profanes aux textes bibliques. Il est également contre toute forme de superstition et soutient l’idée que l’avenir des Hommes est prédestiné par Dieu. Contrairement à Luther, il est aussi contre toute autre forme de religion et bannit entièrement le catholicisme. Une théorie qu’il évoque explicitement via ses innombrables ouvrages littéraires et théologiques dont le légendaire « Institution de la religion chrétienne » de 1536, réédité aux éditions Olivétan en 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.